ATEA 1er grade, la confusion initiale en matière de recensement se répercuterait-elle dans l’organisation des concours ?

10/10/2017
nouvelle mise à jour du 11/10/2017

Dans un billet du 24 août dernier, je m’étonnais du nombre très important de postes déclarés vacants sur le 1er grade d’ATEA (547 pour la spécialité « musique ») et formulais l’hypothèse que certaines collectivités avaient dû déclarer leurs postes pour ce premier grade, non pas en prenant en compte les disciplines — lesquelles auraient dû être limitées à l’accompagnement danse et musique1—, mais en tenant compte uniquement du grade des enseignants contractuels concernés, indépendamment des disciplines.

Le tout dernier arrêté portant ouverture de concours sur l’Ile de la Réunion (22 septembre 2017) me donne à penser que cette confusion perdure aujourd’hui et qu’elle vient même contaminer l’organisation du concours sur ce territoire d’outre-mer.

En effet, il faut souligner que cet arrêté a été pris pour l’organisation du concours (externe, interne et troisième concours) dans le premier grade et pour la discipline Accompagnement danse, ce qui n’est peut-être pas un hasard puisqu’à la différence de l’Accompagnement musique, autre discipline ouverte sur ce 1er grade d’ATEA et qui s’adresse exclusivement aux pianistes, celle-ci s’adresse potentiellement à tous les instrumentistes.

Certes, l’épreuve d’admissibilité repose bien sur « l’exécution par le candidat, avec l’instrument de son choix, d’œuvres ou d’extraits d’œuvres […]»2, mais la discipline présentée reste celle de l’accompagnement et ne concerne en aucun cas les autres disciplines instrumentales, lesquelles ne sont ouvertes que pour le grade d’ATEAP de 2ème classe3!

Cet arrêté fait état de l’ouverture de 27 postes en accompagnement danse alors que la réalité des besoins dans ce département et région d’outre-mer pour cette discipline doit être de 4 ou 5 postes maximum4 !  Au passage, ce sont donc désormais 575 postes qui sont ouverts sur ce grade, augmentant d’autant un chiffre déjà largement surévalué sur le territoire national.

Comme en métropole, de nombreux postes de contractuels ont été ouverts toutes ces dernières années dans les différentes disciplines instrumentales sur ce première grade d’ATEA, bien que très souvent occupés par des enseignants titulaires du DE ou du DUMI.

Par ailleurs, il n’est évidemment pas possible d’organiser en Outre-mer autant de concours que de disciplines instrumentales et beaucoup d’enseignants résidant sur place savent qu’ils devront prendre à leur charge les frais inhérents à ce concours pour rejoindre la métropole.

Doit-on alors craindre alors que ce concours d’ATEA 1er grade dont le maintien artificiel résulte, on le sait, d’une incohérence statutaire remontant à 2012 (voir billet du 8 mai 2017) soit détourné du fait d’une incompréhension qui semble générale (et qui étonne à ce niveau…) et permettent de recruter dans d’autres disciplines en lieu et place du grade d’ATEAP de 2ème classe ?

Difficile à croire, mais sait-on jamais…

Mais si telle était l’intention, celle-ci parait impossible à défendre, tant sur le plan juridique – sans pour autant présager de la position du juge administratif, s’il était saisi – que sur le plan pratique.

En effet, dans le cadre du concours externe, l’entretien devra obligatoirement porter sur la discipline « accompagnement danse » qui est très spécifique et nécessite une formation et une expérience qui n’a rien à voir avec un cours d’instrument.

L’annexe 1 de l’arrêté du 27 avril 2017 fixant le programme des épreuves5 ne dit pas autre chose :
« Au cours de l’entretien, le candidat peut être évalué sur tout ou partie des sujets suivants dont, pour la spécialité musique :
– culture musicale, et en particulier dans la discipline et le domaine concerné ;
– pour l’accompagnement de la danse : culture chorégraphique. »

Pour le concours interne et troisième concours, l’épreuve d’admission comporte une mise en situation dans le cadre d’un cours de danse. Une situation tout simplement impossible à soutenir pour un candidat qui (ne) serait (que) professeur d’instrument, le métier n’est tout simplement pas le même ! La même annexe précise en outre que « pour la première épreuve d’admission, le cours comporte notamment des exercices permettant d’apprécier la capacité du candidat à improviser ».

En conclusion, il faut rappeler que, suite au décret du 27 avril 20176, l’accès par concours à ce premier grade n’est possible, pour la spécialité musique, que pour deux disciplines uniquement : l’accompagnement musique et l’accompagnement danse. Cette situation résulte du fait que « les titulaires du grade d’assistant d’enseignement artistique sont chargés, dans leur spécialité, d’assister les enseignants des disciplines artistiques. Ils peuvent notamment être chargés de l’accompagnement instrumental des classes7.

La question se pose avec la même acuité pour la spécialité Art Dramatique qui est ouverte également en 2018 sur ce premier grade (voir billet du 5 mai 2017).

Tant que cette question de l’assistance qui ne correspond plus (et depuis fort longtemps !) à la réalité de l’enseignement spécialisé ne sera pas réglée par une réécriture complète du décret de 2012, ces problèmes perdureront. Le décalage entre les conditions d’emploi des enseignants concernés et leur niveau de formation est parfois impressionnant (double master, DE, quand ce n’est pas avec un CA en plus).

Je ne peux que comprendre leur désespérance !


Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr (Attribution / Pas d’utilisation commerciale / Partage dans les mêmes conditions)

  1. Suite au décret no 2017-664 du 27 avril 2017 modifiant le décret no 2012-1019 du 3 septembre 2012 fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des assistants territoriaux d’enseignement artistique et le décret no 2012-1017 du 3 septembre 2012
  2. Décret n° 2012-1019 du 3 septembre 2012 fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des assistants territoriaux d’enseignement artistique.
  3. Voir article 2 du décret n° 2012-1019 du 3 septembre 2012 fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des assistants territoriaux d’enseignement artistique.
  4. 2 postes pour le CRR de La Réunion.
  5. Arrêté du 27 avril 2017 fixant le programme des épreuves des concours d’accès au cadre d’emplois des assistants territoriaux d’enseignement artistique et des assistants territoriaux d’enseignement artistique principal de 2e classe.
  6. Décret no 2017-664 du 27 avril 2017 modifiant le décret no 2012-1019 du 3 septembre 2012 fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des assistants territoriaux d’enseignement artistique et le décret no 2012-1017 du 3 septembre 2012 fixant les modalités d’organisation de l’examen professionnel prévu à l’article 16-II du décret no 2012-437 du 29 mars 2012 portant statut particulier du cadre d’emplois des assistants territoriaux d’enseignement artistique
  7. Décret no 2012-437 du 29 mars 2012 portant statut particulier du cadre d’emplois des assistants territoriaux d’enseignement artistique.

Leave a comment